Article(s) de 03/2013

Rando-kite Pic des trois évêchés – couloir NO.

Il y a peu de vent au niveau de la route, mais ça devrait monter.
C’est ma première en kite au pic des trois évêchés.
Je remonte le vallon de roche noire en peaux jusqu’à 2500m
J’aurais pu attendre que que le vent augmente et passer par la croupe de gauche, mais c’est de la rando-kite oui ou non ?
Je sors l’aile, remonte le vallon et les pentes sous le sommet.
Ça commence à « arracher ».

d’autres kiteurs…

Je m’arrête à bonne distance de la crête et finis à pied en rejoignant l’arrête de droite.


au sommet:

Le couloir, débute une centaine de m à gauche du sommet ( à droite en regardant vers le bas )

Ça commence déjà à « plaquer » :


Vue plongeante sur le refuge du Goléon :

Aucun commentaire »

Pécloz – Ouverture ? du couloir « Fontaine d’enfer »

Parti pour ouvrir et profiter de ce dernier créneau avant l’arrivée du mauvais temps.
Le projet initial est inabordable pour cause de Brouillard trop dense.
Montée au sommet du Pécloz par le couloir sud ( Béton avec plein de boules ).

Je décide de descendre au mieux pour rejoindre la combe nord.
La descente de l’arrête se fera au ralenti dans une véritable purée de pois.
La visibilité devient meilleure vers 1900 m au début de la combe nord.

L’idée est de trouver une issue à cette fameuse combe ( autre que deprofundis ).
Par acquis de conscience, je vais voir le couloir final qui, comme le laisse présager la carte est bien sans issue.

Le bas de la combe avec la goulotte d’accès à deprofundis :

Donc, petite remontée à peaux pour rejoindre la croupe à ma droite ( à gauche de la combe ).
Ces pentes raides semblent « descendables ».

Ayant prévu de quoi faire des rappels ( 50 m de dyneema ) + piolet et crampons, je décide de me lancer.
L’entrée dans le « couloir » se fait vers 1700 m , laissant la barre qui termine la combe à main droite.

Le début du couloir ( à gauche du « M » d’arbres ) … de beaux rails de rocher l’été :

Agrandir le plan

La pente est assez délicate… c’est vite du caillou ! avec une épaisseur de neige réduite a néan après mon passage.
Dans tous les cas, les conditions ne sont pas formidables :Couche de peuf posée sur une couche de neige dure due au gros réchauffement de janvier…
Pas l’idéal pour la pente raide !
La progression est donc « tendue », piolet à la main.
Je rentre ensuite dans une goulotte avec des lignes de fuite de folie !

un rail calcaire ! on est bien au Pécloz !
Je traverse sur une croupe séparant deux rails et la descends sur 100 m environ.
La croupe se termine et je dois retourner dans la goulotte à droite…
Le problème est le peu de neige sur les dalles rocheuses et cette sous couche dure qui n’incite pas à se lâcher…
Je descends le plus bas possible dans cette goulotte en sondant avec le piolet un rocher sous-jacent..
La goulotte n’est pas remplie comme je l’aurais imaginé.

La bande skiable se réduit à sa plus simple expression : spatule sur la glace et talon sur le rocher.
Le piolet n’est plus suffisant pour mon niveau.
Le rappel s’impose.

Après un rappel d’une cinquantaine de m, la bande skiable devient suffisante pour rejoindre une partie médiane et les difficultés plus « classiques ».

Dans sa deuxième partie le couloir est exposé aux avalanches issues de la combe nord et du couloir lui même ( contre-pentes ouest)
de nombreuses reptations de janvier sur les dalles sont bien visibles.

Après un bloc contourné par la droite, le dernier ressaut en glace est passé en rappel.
Le couloir s’élargit et se couche.

Le tracé sur la carte ign:

Aucun commentaire »

Couloir Davin avec Julien le 26 fevrier 2013

Nous profitons du niveau de risque bas pour faire une tentative de ce couloir qui se fait plus « normalement » au printemps.

Essai transformé et excellentes conditions, malgré un brassage de plus en plus pénible au fur et à mesure que l’on monte…ça sera bon à la descente…

Dans le goulet, c’est jusqu’au ventre, ça « patine dans la semoule »…une petite aide pour julien.

Nous n’iront pas plus loin, ça devient trop chargé à mon gout…
En plus, le goulet trop étroit ne passera pas à skis…

Relativement moins de neige tout de même qu’en Savoie et un travail du vent aussi assez sensible.


Pour la descente, les conditions excellentes limitent sensiblement l’engagement.
C’est sûr qu’en neige dure, ça n’a rien à voir.

Aucun commentaire »